Et l'histoire du châtaignier

DSC00023

L'histoire du châtaignier

Description

Bois imputrescible pour les sections supérieures à 5 cm de diamètre, le châtaignier se contracte peu et résiste très bien aux insectes, aux intempéries et au plein-air en raison de sa forte teneur en tannins, ce qui lui confère un intérêt écologique mais aussi économique indéniable. Laissé dehors au naturel, le châtaignier se pare rapidement d'une belle patine gris argent.

HISTORIQUE

Du fruit à l'écorce, "l'arbre à pain" servait à toutes sortes d'usages. Avec le travail du châtaignier est apparu un métier typique du Périgord-Limousin, le feuillardier (vers 1830). Des villages entier aussi se sont mis à vivre de la vannerie châtaignier. Un exemple, le village du Mas Gauthier sur la commune de FEYTIAT  (de 1831 à 1914) :
 

En 1906, à l'apogée, il y a 62 vanniers au Mas Gauthier et 23 agriculteurs. Les taillis de châtaigniers, nombreux dans la région, les trous d'eau sur la lande près du village, la proximité de Limoges pour écouler la production expliquent en grande partie cette localisation. La place du village disparaît sous les perches de châtaigniers, les ateliers sont nombreux et les femmes et les enfants participent au travail. Les panières sont expédiées dans toute la France. Elles sont réservées à des usages bien particuliers: expédition des peaux de lapins, des brosses, des légumes, des volailles, des bottes, des cordes, des balances romaines, des fleurs... 
La production a atteint son plus haut niveau vers 1912 : 300 à 400 panières par jour. Victimes des nouveaux emballages en bois (cagette), carton et plastique, les panières cèdent peu à peu du terrain et les jeunes quittent le village. En 1936, 28 vanniers subsistent. Ils ne sont plus que 20 en 1962.
 

UTILISATIONS & TECHNIQUES

Facile à fendre, le châtaignier offre une gamme très étendue de produits à la longévité parfois centenaire : piquets, bardeaux (tuiles de châtaignier recouvrant les toitures et  protégeant les façades), clôtures treillagées, charpentes, ébénisterie, vannerie, parquets, et autres mobiliers de jardin et mobiliers de maison.
Le feuillardier choisit et coupe lui-même les arbres de châtaigniers (les gaulettes) sélectionnées dans un taillis de 3 à 6 ans d'âge. Après les avoir fendues, il obtient les feuillards qu'il cintre avant de les vendre aux tonnelleries. En cours de stockage, le bois est trié et calibré. Le gros bois ( de 12 à 16 ans d'âge) est utilisé pour  les piquets pour la vigne, les clôtures et le mobilier. Les départs d'arbres sont débitées pour en faire de délicates lamelles, les clisses/éclisses, qui une fois tressées sont destinées aux accoudoirs où à la vannerie.